Feuilletez un extrait

Cliquer sur cette image pour feuilleter cet ouvrage.L'âge d'or capétien (1180-1328)
Histoire - Histoire culturelle et vie quotidienne
Cliquer sur cette image pour l'agrandir.
62.00 €
ISBN 978-2-7011-5304-9
Disponible
16/01/2012
0 pages
18.5 x 26 cm
Livre et assimilé
Cartonné Jacquette
Couleurs

L'âge d'or capétien (1180-1328)

Version prestige
Collection : Histoire de France
Editeur : Belin
Directeur de collection : Joël Cornette
Le long XIIIe siècle marque l’âge d’or de la dynastie capétienne qui compte alors de fortes personnalités : Philippe II Auguste, saint Louis, Philippe IV le Bel. Elle bénéficie également, jusque vers 1270, d’une forte dynamique agricole, ainsi que d’une révolution technique, qui s’exprime en premier lieu dans l’érection des cathédrales. La prospérité – relative – des campagnes fonde cet extraordinaire programme monumental, financé par les dîmes. Elle permet aussi l’essor des échanges et des villes. Le commerce « international » a ses centres principaux en Flandre et en Champagne et le réseau urbain se fixe tel qu’il persiste jusqu’à la révolution industrielle. L’époque connaît un certain bonheur de vivre, qui s’exprime dans la littérature courtoise et dans le naturalisme de la sculpture gothique.
En parallèle, la monarchie construit progressivement un territoire et un État. Philippe II exploite à cette fin les structures féodales, mais au fil du temps s’élabore une doctrine qui s’appuie sur la souveraineté et non plus sur la suzeraineté. Trois lieux illustrent la royauté : Reims où le roi est sacré ; Paris, sa capitale fixe, où siège l’administration, où se développe l’Université et où est érigée la Sainte Chapelle ; Saint-Denis, où sont abrités les insignes royaux et où la nécropole atteste de la continuité de la lignée royale des Mérovingiens aux Carolingiens et aux Capétiens.
En un siècle qui voit la religion informer toute la vie et toute la société, le caractère sacral de la monarchie, renforcé par la canonisation de Louis IX et celle de son petit-neveu, Louis d’Anjou, constitue un des fondements primordiaux du pouvoir capétien. Un autre réside dans l’alliance étroite du trône et de l’autel, même si cela ne va pas sans tensions avec les papes les plus attachés à la théocratie pontificale, Innocent III et Boniface VIII.
Après 1270, la crise du système féodal provoque difficultés, famines, chômage et troubles sociaux, préliminaires de la grande crise du xive siècle. Le pouvoir monarchique, cependant, ne cesse de se renforcer. Se met alors en place un binôme caractéristique du futur État moderne : guerre et fiscalité.
Le contexte des temps, positif ou négatif, réinterprété à la lumière des recherches récentes, est éclairé avec pertinence par des cartes et des textes et une iconographie, abondante et magnifique, qui concourt à mettre le lecteur de plain-pied avec un des « grands siècles » de l’histoire de France.
  • Revenir à la page précédente
  • Envoyer à un ami
Editions Belin - 8, rue Férou 75278 Paris Cedex 06 - Tél : +33 (0)8 25 82 01 11 - Fax : +33 (0)1 43 25 18 29